Google+

[Critique] Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

1

août 6, 2012 par glossnroses

Je laisse aujourd’hui la parole à Gilles, qui lit beaucoup plus que moi et vous fait part de ses impressions sur un livre qu’il a beaucoup apprécié.

L’histoire de la conception du roman Le Maître et Marguerite est presque aussi passionnante que le livre en lui-même.

Débutée en 1928, par son auteur Mikhaïl Boulgakov, alors que la Russie est sous le joug de Staline Le Maître et Marguerite revient de loin. C’est lorsqu’il apprend que l’une de ses pièces (Le Cabaret des dévots) a été interdite, que Boulgakov détruit par le feu son roman. Il en reprend la rédaction en 1931 et le modifie plusieurs fois, avant de mourir en 1940. Le contexte politique difficile veut que Le Maître et Marguerite est amputé d’une partie non négligeable de son contenu par les autorités. Passages qui sont réhabilités dans l’édition française que vous pouvez trouver en librairie.

Alors, oui, la route qui mena au manuscrit final du Maître et Marguerite fut longue, pénible et sinueuse.

Œuvre majeure de la littérature russe, Le Maître et Marguerite est importante pour plusieurs raisons.

Tout d’abord car elle offre une critique acerbe et malicieuse d’un pays alors martyrisé par ses dirigeants. L’autre raison est que le livre ne cesse d’avoir un impact sur tout un pan de la culture populaire. Pearl Jam s’en est par exemple inspiré pour composer l’album Yield. Les Rolling Stones se revendiquent aussi de l’influence du livre de Boulgakov. Tout comme Simple Minds, Franz Ferdinand ou plus dernièrement Patti Smith, qui a carrément construit la trame de son dernier album Banga, sur le dévouement du chien (nommé Banga) de Ponce Pilate pour son maitre.

Ponce Pilate ? Le même que dans la Bible ? Tout juste ! C’est là où Le Maître et Marguerite devient vraiment intéressant. Construit en trois parties plus ou moins distinctes, le livre raconte en parallèle le récit du procurateur Ponce Pilate et les conséquences de la condamnation à mort de Jésus et celui d’une bande de mystérieux individus venus semer le trouble à Moscou.

Le bouquin débute alors que deux hommes de lettres discutent paisiblement sur un banc. Un troisième larron débarque et affirme aux deux amis, qui sont en train de débattre de l’existence présumée de Jésus, qu’il a lui même connu le fils de Dieu. C’est ici que Ponce Pilate fait son apparition, au moment même où il est confronté au choix qui va tout changer.

Ensuite, le mystérieux individu dévoile son identité. Il s’agit ni plus ni moins que le Prince des ténèbres. Accompagné de ses acolytes dont fait partie un chat géant, les démons échappés des enfers mettent Moscou sans dessus dessous, provoquant l’effroi et la folie chez celles et ceux qu’ils croisent.

Mais n’allez pas croire qu’on parle ici d’un livre satanique ou d’un essai super ennuyeux sur la politique de Staline et ses conséquences sur le peuple. Même si au fond, c’est précisément de politique dont traite Boulgakov dans son pamphlet.

Le Maître et Marguerite est un livre d’amour, autant qu’une comédie, ou qu’une relecture du mythe de Faust, qui s’apparente à une brillante métaphore du combat entre le bien et le mal. Une romance entre une femme perdue et un homme qui l’est tout autant. Un homme, en l’occurrence le Maître du titre, qui s’apparente à une illustration de l’auteur lui-même. Un écrivain pétris de doute sur son œuvre et victime d’un contexte social difficile. Comme Boulgakov, qui se livre via ce personnage à une mise en abyme brillante.

En plus de parler d’amour, Le Maître et Marguerite traite aussi de manipulation de l’esprit. Le diable n’étant probablement qu’une allégorie du règne de Staline. Pas étonnant alors que le livre ait connu les affres de la censure en son temps.

Sous le couvert d’une prose absurde et burlesque, l’auteur tire à boulets rouges sur le gouvernement et déclare sa flamme à sa ville et à son pays. Un pays meurtri tout comme le sont les victimes qui parsèment son livre.

Livre fantastique, souvent très drôle, émouvant et poétique, Le Maître et Marguerite n’est pas un classique ennuyeux. Il se lit très bien. L’écriture est fluide et passionnante. Peuplé de personnages aux noms imprononçables tous très bien croqués, l’œuvre captive et intrigue dès ses premières pages. Difficile alors de refermer la chose avant de connaître l’ultime dénouement.

En soi et pour résumer, Le Maître et Marguerite symbolise la maestria d’un écrivain facétieux et concerné. Un homme oppressé qui livre à la fois un formidable témoignage masqué de toute une époque et un roman caustique et jamais prise de tête ni prétentieux. Un livre qui, de plus, sonne aujourd’hui d’autant plus actuel.

Un grand merci à mon cousin David, lui qui est de si bons conseils en matière de littérature (mais pas que) et qui après m’avoir conseillé Sous le règne de Bon et Le monde selon Garp m’a aiguillé vers celui-ci.

 

La Maître et Marguerite, de Mikhaïl Boulgakov

Aux éditions Pavillons Poche (Robert Laffont) et Pocket

Prix : 8€

@Gilles

Publicités

Une réflexion sur “[Critique] Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

  1. Josy dit :

    Oui, un beau livre que j’ai dévoré!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Contact

glossnroses@gmail.com

Entrez votre adresse e-mail pour suivre Gloss N'Roses et vous serez avertis de la publication d'un nouvel article

Rejoignez 836 autres abonnés

Gloss N'Roses Instagram

Premier Halloween avec notre sweet child (O' mine) ! #Halloween #gunsnroses #axlrose #slash #sweetchildomine #welcometothejungle #gnr #rocknroll #heavymetal Hello summer 🌞 
#swimmingpool #summer #sunny #pregnant #weekend Whaou ! Quel festin ! Merci patron pour ce fantastique cadeau. #michelsarran #restaurant #toulouse #gastronomie #gastronomiefrancaise #chefmichelsarran

Suivez Gloss N’Roses sur Google +

Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Glossnroses sur Hellocoton

My Taste

mytaste.fr

Le Rucher de Naples

MarPraia

%d blogueurs aiment cette page :